Qui suis-je ?

Bienvenue ma Jolie Déesse ! Je vais prendre le temps de me présenter et de partager avec toi mon histoire qui m’a amené à éveiller ma Déesse intérieure. Ps : Je te félicite en avance si tu arrives à lire jusqu’au bout (hihi)

Présentation

Je m’appelle Eloïse. J’ai 23 ans. Je suis née dans l’Ouest de la France à Laval, en Mayenne.

A mes 18 ans, j’ai quitté ma ville natale pour vivre Paris puisque j’ai intégré une école de commerce pendant 5 ans. Je suis fraîchement diplômée d’un double Master en Marketing, Tourisme et Évènementiel en partenariat avec l’université de Napier à Edinburgh, en Ecosse. Mon mémoire de recherche m’a amené à me spécialiser dans le secteur du bien-être et plus particulièrement, dans le marché de niche du tourisme des retraites de yoga comme facteur de développement pour un pays Asiatique comme l’Inde. 

Je termine ces cinq ans d’étude avec beaucoup de reconnaissance et d’émotions car à mes 18 ans, j’avais terriblement besoin de repères dans ma vie. J’avais besoin d’une famille. De personnes qui croient en moi, qui me permettraient de prendre ma place et qui m’offriraient des opportunités pour rayonner. J’ai pris confiance en moi et conscience de ma force intérieure après une enfance douloureuse.

L’épreuve de mon enfance

Mon papa est décédé d’un cancer quand j’avais 6 ans. C’est un événement tragique que nul ne mérite de vivre. Et c’est un événement qui est d’autant plus dure à vivre puisque les enfants orphelins, comme moi, ne sont malheureusement pas compris par la société. A l’école, mes camarades ne me croyaient pas quand je leur expliquais la mort de mon papa. Les professeurs n’étaient pas formés à répondre à mes larmes pendant les récréations. Pendant les diners de famille, en plus de ne pas être présent physiquement, mon papa était aussi absent de toute discussion. La mort d’un parent est taboue. Et de ne pas se sentir reconnue dans sa souffrance est encore plus compliqué que le deuil en lui-même. Les gens ne comprennent pas, tout simplement. J’ai alors souvent pensé que perdre son papa n’était pas important, car on n’en parlait peu. Naturellement, je suis devenue une jeune femme qui ne se plaignait pas et qui était trop gentille avec les autres et leurs problèmes. J’avais des amis qui me racontaient leurs soucis (qui n’étaient tout simplement pas de vrais problèmes pour moi). Et par conséquent, j’ai raconté mes peines non pas à mes amies, mais à ma thérapeute, et ce pendant 16 ans.

J’ai appris à accepter et à comprendre la disparition de mon papa. Il n’avait tout simplement plus sa place sur terre. Il était appelé ailleurs. Dans une autre réalité où son intelligence, son charisme, sa beauté et son humanité allait être reconnue. Dès mon plus jeune âge, sa disparition m’a donc poussé à me tourner vers la spiritualité, les forces de l’Univers, le monde des élémentaux, les oracles divinatoires et bien plus encore. La disparition de mon Papa m’a également beaucoup rapproché ma Maman et moi, car j’ai pas non plus de frères et sœurs.

Mon rapport aux autres

Ma Maman qui est consultante en Feng Shui, m’emmenait avec elle sur ses salons professionnels (Salon du bien-être, Salon Zen…). J’en garde des souvenirs magiques ! Alors que j’avais 10 ans, je me faisais des amis 40 ans qui étaient guérisseurs, professeurs de méditation ou encore peintre, le midi je mangeais bio dans des yourtes et j’allais à toute sorte d’ateliers pendant la journée. Je n’ai jamais réussi à avoir beaucoup d’amis de mon âge, et à les garder, car les sujets dont je suis passionnée ne sont souvent pas ceux des jeunes gens de mon âge. J’ai toujours été en décalage. Plus sage que la moyenne. Avec le temps, j’ai appris à ne jamais me sentir seule. Si je veux parler à quelqu’un ou recevoir un conseil, c’est à l’Univers, à mes guides, à mon ange ou bien aux fées que je m’adresse. La solitude ne m’inquiète pas car elle m’a réappris tant de choses sur moi que j’avais oublié en décidant de me réincarner sur terre ! Mais, s’il y a également une chose qui m’a également permis d’évoluer et de me rappeler qui j’étais, ce sont les voyages !

Mon amour pour l’aventure

Ma volonté de découvrir le monde invisible à travers la spiritualité et visible à travers les voyages, est le reflet de l’envie ardente d’évoluer de mon âme.  

Mon premier grand voyage fut une révélation et le déclencheur de nombreux de mes futurs choix. Trois semaines d’échange en Nouvelle-Zélande à 16 ans m’ont fait un bien fou ! Mon âme d’aventurière s’est éveillée. J’ai découvert que je pouvais être heureuse à des milliers de kilomètre de maman, j’ai rencontré des gens cools avec qui j’ai tellement ri, je me suis aperçu que des garçons m’aimaient bien, et que je pouvais parfaitement m’adapté dans un pays étranger. Dès mon retour de Nouvelle-Zélande, je n’avais plus aucune limite car j’étais partie tellement loin que rien ne me faisait plus peur. Les voyages ont été un accélérateur de mon éveille personnel et spirituel. Jamais je ne me suis sentie aussi vivante que dans un tuktuk dans les rues poussiéreuses de Delhi en 2018 ou à 5200 mètres d’altitude sur la Montagne coloré du Pérou en 2017. Mais, ce qui m’a fait me sentir également vivante, ce sont aussi les rencontres !

Mes histoires d’amour avec eux

A mes 18 ans, j’étais d’une naïveté incroyable, et en voyage je l’étais encore plus ! Je disais oui à tout car j’aimais ce goût du risque et également, car personne ne m’avait expliqué que je pouvais dire non. J’ai fait des rencontres incroyables, et d’autres qui l’étaient moins. Je cherchais la reconnaissance des hommes à tout prix. Par conséquent, je ne respectais pas souvent mon corps ni mais mes valeurs. Heureusement, cette période n’a pas duré longtemps car j’avais l’immense intuition que je valais beaucoup mieux et que si je continuais à ne pas me respecter en amour, j’allais finir par perdre le si peu d’amour que j’avais pour moi à l’époque. En septembre 2017, j’ai décidé que j’allais d’abord m’aimer, avant d’essayer d’aimer qui que ce soit. C’était mon premier pas vers l’éveille de ma Déesse intérieure.

Cependant, je devais d’abord résoudre les traumatismes émotionnels de mon enfance. Je devais changer intérieurement. Mes rencontres amoureuses toxiques étaient le miroir de mon mal être, de ma peur de l’abondons, de mon manque d’estime et de confiance en moi. Je ne le savais pas encore, mais j’étais sur le point de faire naître la déesse qui sommeillait en moi. La déesse qui attendait patiemment que je me respecte et que j’apprenne à dire non. Car dire non à l’autre, c’est se dire oui à soi.

J’ai donc simplement arrêté de flirter avec Pierre, Paul, Jacques et j’ai tout simplement réduit le nombre de mes soirées. Tout d’un coup, je suis passée d’une jeune fille extravertie qui enchaînait les soirées étudiantes à une jeune femme introvertie qui avait besoin de se recentrer. Je devenais plus consciente et respectueuse de mon corps. Je l’entendais. Quand une soirée m’étais proposée, mon ventre se nouait. Je n’avais plus envie d’y aller. J’ai commencé à beaucoup moins socialiser. J’ai cessé de me tourner vers l’extérieur pour enfin regarder à l’intérieur. J’ai doucement appris à dire non. Mais comme oser dire non n’est pas facile, je suis vite devenue la Reine des excuses ! Enfin, j’ai aussi fait la paix avec ma petite fille intérieur grâce à des séances d’hypnose. Je vais mieux.

Mon histoire d’amour avec moi

Plus que les soirées, les garçons, les copines, j’ai découvert une personne avec qui j’adorai passer de plus en plus de temps, moi. Je suis devenue ma meilleure amie ! Celle avec qui j’étais la plus à l’aise, celle à qui je disais qu’elle était belle, importante, intelligence et capable de réaliser ses rêves, car ses rêves méritent l’attention. Quand j’ai commencé à passer du temps avec moi, j’ai soudainement voulu passer beaucoup moins de temps avec les autres. Amis et famille semblaient loin de moi, comme si nous appartenions à deux mondes différents. Ma réalité était en train de changer. J’avais accès à d’autres mondes parallèles et à leurs messages.

Aujourd’hui, j’essaie de me rouvrir aux autres, mais en restant la jeune femme que je suis devenue. Je ne place plus mon pouvoir entre les mains de qui que ce soit. Je donne des nouvelles que lorsque j’en ai envie puisque je n’ai de compte à rendre à personne. J’ai décidé de me placer au centre de ma vie, au centre du mandala coloré et brillant de ma vie, comme une paisible araignée (symbole de féminité) qui se place au centre de sa toile.

L’éveille de ma Déesse jusqu’à la création du blog

En effet, éveiller sa Déesse intérieure, c’est avant tout se remettre au centre de sa vie. S’assoir sur son trône et se rappeler sa divinité et sa beauté. C’est retrouver sa lumière, retrouver son pouvoir, retrouver sa force féminine, retrouver sa créativité et sa douceur. Retrouver l’envie d’être une jeune femme connectée à ses cinq sens. J’ai créé ce blog pour aider chacune d’entre nous à incarner de jour en jour sa Déesse intérieure et voir sa vie transformer. En effet, nos croyances créées notre réalité alors il temps de croire dure comme fer en sa Déesse intérieure pour enfin vivre une vie magique, loin des vieux schémas de la société.

Merci ma Jolie Déesse d’avoir lu mon histoire jusqu’au bout ! C’était important de me présenter afin que tu saches qui se cache derrière ce blog et toutes les belles surprises à venir…

Je te dis à très bientôt dans les prochains articles, en attendant, abonne-toi à mon compte Instagram pour rejoindre ma communauté de plus de 500 déesses, toutes belles et incroyables, comme toi !  A très vite sur @eveiller-sa-deesse.com.

Gros bisous, Eloïse 💋